les chroniques de l'archipel Index du Forum les chroniques de l'archipel
Forum de discussion, écriture, création et partage autour de l'univers partagé des Chroniques de l'Archipel !
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Récit 1, sans titre pour le moment

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chroniques de l'archipel Index du Forum -> Récits -> En cours
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
BilanJah


Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 2
Localisation: Fougères

MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 17:34 (2016)    Sujet du message: Récit 1, sans titre pour le moment Répondre en citant

Je contemplais silencieusement les quatre musiciens reclus dans le coin de cette taverne, mes yeux parcouraient chaque instruments, essayant de comprendre leurs fonctionnements. Ils étaient fait de bois me semble-t-il, ornés de gravures brunes. Mon attention fût accaparé par l'un d'eux en particulier, un manche de bois présentant de légères striures, une caisse de bois arrondie, de moyenne taille, renforçait et diffusait l'harmonie de notes.  Le mélomane grattait chaque interstices dans un ordre précis et régulier.

 Je me surpris à glisser une oreille discrète aux dires des hommes attablés derrière moi, ils parlaient d'histoires sordides mêlant humains et Antés.

"Baliverne..." me dis-je, il était impossible qu'une bête aussi monstrueuse existe, et puis si personne n'as survécu à ces féroces créatures, comment pourrait-on avoir conscience de ces récits ?

Je quittais la taverne agacé par la crédulité de ses nobles. En vérité, ils m'horrifiaient tous. Une fois dehors, je m'installais sur un banc en pierre pour contempler le ciel étoilé. Comme chaque soirs, les souvenirs d'une vie passé m'assaillait l'esprit, renforçant le profond sentiment de dégoût confortablement installé en moi.

Les rues étaient vides à cette heure-ci, calmes et sombres. Seuls quelques miliciens enrobés de métal venaient parfois rompre le silence de la nuit, faisant le tour de garde. Rien d'inhabituelle.

Une fine silhouette attira mon attention, ma main se glissa comme par réflexe à l'intérieur de ma lourde cape de velours, se posant sur une couteau de bonne facture, seul arme en m'a possession. Je fixais l'ombre approchant, méfiant comme à mon habitude. Une fois assez proche, je pus distinguer un vieillard, marchant lentement, le dos plié par le poids de toute une vie. Je laissa un léger ricanement s'échapper, quittant l'emprise sur mon arme. Le vieil homme s'installa à mes côtés, observant les étoiles a son tour.

 «- C'est une bien belle nuit, n'est-ce pas ?»

Ma seule réponse fût un simple hochement de tête, les yeux dans le vague.
 
«- Vous savez, j'ai eu bien des rêves, fortune, amour, aventure. Mais me voilà bien trop vieux désormais. Je dois céder la place à la jeunesse, êtes-vous ambitieux jeune homme ?
- J'aspire qu'à mon propre bonheur, et je n'ai que faire de vos histoires.»
L'homme glissa une main dans son veston usé et me tendit un morceau de papier rouillé.
 «- Peut-être celle-ci vous intéressera plus que de raison, il s'agit d'une carte, menant à l'un des nombreux secrets de notre mystérieuse archipel»

Tellement de question me tourmentaient à ce moment, je n'avais pas habitude de voir une once de générosité dans le sud de cette ville, la richesse et le pouvoir était seul motif de votre réussite. Pourquoi ce cadeau ? Pourquoi moi qui ne le méritait sûrement pas ? Cette ville m'avait rendu fou, et j'ai appris à être méfiant.
 «- Je n'ai pas besoin de vous, encore moins de votre carte menant à je ne sais quelle mythe.
- Et si je vous disais que cette carte menait au jardin des plaisirs ?»

Mon regard se plongea soudainement dans celui de l'inconnu, il ne semblait pas mentir, ou peut-être que je l'espérais. Le jardin des plaisirs, serait-ce possible ? J'ai entendu cette légende tellement de fois, un fantasme d'homme, un lieu secret gardait par un milliers de femmes, toutes profitant d'une beauté presque divine. L'on raconte que si un homme le trouver, il serait accueilli en Prince,vénéré par toutes ces créatures cherchant l'amour d'un homme. Il vous suffirait d'exprimer un souhait pour qu'elle s'exécute aussitôt, peut-être le paradis vu par les mâles. J'avais envie d'y croire, rien ne pouvait être pire que cette vie.

Je lui arracha la carte des mains pour en vérifier la véracité.

«- Le bois funeste.. ? Vous êtes sérieux.. ?
- Avez-vous peur ?, le vieillard souriait en coin
- Bien sûr que non... Que dois-je faire en échange.. ?
- Rien voyons, je vous l'ai dit, je ne suis qu'un homme usé par le temps, pourquoi garder ce bout de papier pour moi ?»

Pliant la carte pour la ranger dans ma poche, je me leva, amena ma capuche sur le sommet de mon crâne, et fila sans un mot.


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 17:34 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chroniques de l'archipel Index du Forum -> Récits -> En cours Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.