les chroniques de l'archipel Index du Forum les chroniques de l'archipel
Forum de discussion, écriture, création et partage autour de l'univers partagé des Chroniques de l'Archipel !
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Titre à déterminer]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chroniques de l'archipel Index du Forum -> Récits -> En cours
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Boulette


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2014
Messages: 68
Localisation: Rennes

MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 20:16 (2016)    Sujet du message: [Titre à déterminer] Répondre en citant



...


Rien.


...


Où suis-je ? 
Qui suis-je ?


...


Tout est noir, un bruit sourd envahi mes oreilles et mon esprit embrumé. 


Je suis comme sonné. 


Qu'a-t-il bien pu m'arriver. 
Je n'en ai aucune idée. 


La vue semble me revenir peu à peu, ma vision est trouble mais je distingue une lumière vive qui m'éblouis.


Le brouillard sonore polluant mon audition s'estompe lui aussi doucement, laissant place à un bruit lui aussi très fort, brutal, mais rythmé, régulier. 


Je peine à analyser le lieu où je me trouve. 


Des vagues, oui c'est ça, des vagues. Je reconnais ce bruit enivrant  mélange de roulis et clapotis à la fois calme et obsédant. 


Serais-je sur une plage ? 


Mon esprit me semble être hors de mon corps, je ne ressens aucune sensation. Comme si ma tête était posée là, au bord de l'eau, sans corps pour la porter. 


Je sens une brise légère sur mon visage, chaude et parfumée d'embruns. L'océan est bel et bien là. 


La chaleur m'envahit soudain. Une perle de sueur quitte la naissance de mes cheveux pour rouler le long de mon front. S'infiltrant dans le creux d'une ride naissante puis s'extirpant vigoureusement de cette dernière, elle poursuit sa route lentement, par monts et par vaux. Dévalant la base du nez pour rejoindre ma joue. Se mélangeant à une larme en passant au coin de mon oeil. Elle termine alors sa route sur le lobe de mon oreille d'où elle plongea désespérement pour s'écraser en contrebas sur le sable brûlant qui l'absorbe aussitôt, n'en laissant plus aucune trace. Comme si elle n'avait jamais existée. 


Le sable brûlant. Le sable. Oui, le sable ! Je le sens à l'arrière de ma tête. Les sensations me reviennent enfin. La douleur m'envahit alors. Le sang reprend peu à peu possession de mon corps tout entier. Je me sens lourd, très lourd. Mais encore incapable du moindre mouvement.
 
J'y vois également un peu plus clair, je suis en effet allongé là, sur une plage qui m'est inconnue, seul. Presque nu. Je sens désormais nettement le vent caresser ma peau, mon visage, mon torse, mes jambes. Le contact d'un tissus sur ma taille et mes cuisses me fait penser que je ne suis pas totalement dévêtu comme un ver. Ce qui me rassure quelques peu. 


Rassuré, j'aimerais bien avoir d'autres raisons de l'être à cet instant. Aucun souvenir. Désorienté. Aucune idée du lieu où je me trouve si ce n'est cette plage, à perte de vue. Derrière moi le sable, encore le sable, les dunes. À mes pieds l'océan, les vagues arrivant même à me lécher les orteils. Je ne suis pas mouillé, j'imagine qu'elle monte, j'ai tout intérêt à ne pas m'éterniser ici. 


La lumière ne m'aveugle plus autant qu'au premier abord. Le soleil semble se coucher. La brise qui jusque-là m'était agréable et chaude, devient de plus en plus forte et fraîche. La nuit va bientôt tomber. 


Rassemblant les forces qu'il me reste je réussi à bouger une main. Le sable coule le long de mes doigts. Sinuant entre mes veines, s'imissant sous mes ongles, ces sensations nouvelles provoquent en moi un frisson, remontant des doigts sur le bras, puis s'emparant de ma colonne vertébrale jusqu'à envahir mon corps tout entier. Je me retrouve secoué de tout mon être. 


Je suis en vie.


Une vague un peu plus forte remonte le long de mes tibias pour venir recouvrir mes genoux. Il est temps. L'effort que cela me demande me paraît surhumain, je peine à me retourner. Un genou, puis l'autre. Je ne suis que douleur.
 
La terre me semble tourner à toute vitesse lorsque j'arrive enfin à me redresser. Il me faut quelques instants pour reprendre mes esprits. 


Derrière moi l'océan. Devant moi les dunes. Immenses. Va-t-il vraiment falloir monter jusqu'en haut ? Je sens que cette nuit sera longue et laborieuse. 


Prenant mon courage à deux mains, je me relève. Je suis faible, tremblottant. Perdu.


Un pied. 


Puis l'autre. 


Je me traîne péniblement sur le sable, me dirigeant vers cette masse me paraissant immense autant qu'infranchissable. 


...[à suivre]...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 20:16 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les chroniques de l'archipel Index du Forum -> Récits -> En cours Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.